La Joconde aux yeux fermés


La vérité sur Mona Lisa by chezchacha
31 Mai mai, 2009, 10:00
Filed under: Uncategorized

Qu’y a t-il dans ce tableau que nous ne voyons pas ?

Tout simplement ce que signifie le tableau quand l’auteur l’achève en 1506 et qui est camouflé par sa célébrité. Fondamentalement et contrairement aux apparences, la Joconde n’est pas un portrait. C’est indéniablement son point de départ mais Léonard de Vinci en fait plutôt une sorte de peinture allégorique de l’éphémère : pour faire simple, une métaphore du temps qui passe. Mais le tableau est certainement considéré comme un portrait, parce que, oui, c’est un visage bien particulier.

Mais à l’origine, le tableau est bien la commande d’un portrait ?

Oui, celui de Lisa Gherardini, femme d’un riche négociant en tissus, un certain Francesco di Bartolomeo del Giocondo.
De nos jours, on considère qu’un portrait est ressemblant s’il prend en compte aussi la personnalité du modèle. À l’époque, on attend surtout d’un portrait qu’il représente le statut social d’un individu et pas sa psychologie. On affirme l’identité de celui-ci en écrivant son nom, et si on est doué en y faisant allusion par un objet, un symbole, un jeu d’esprit. Pour Mona Lisa, Léonard de Vinci a écrit littéralement – et génialement – son nom d’épouse sur son visage en la faisant sourire, puisque Giocondo signifie en italien «heureux, serein». On peut, tout au mieux, imaginer que l’artiste se soit inspiré d’un sourire fugace chez son modèle puisque cela servait son propos mais, je le répète, ce n’est que le point de départ.

Si depuis, on croit encore que c’est un portrait, c’est parce qu’on considère que sourire est un trait de caractère. Mais, en fait, c’est parce qu’il n’y a rien de plus personnel que ce sourire-ci – c’est une vraie marque de fabrique – que ce visage-là a une identité.

Autrement dit, puisque son sourire est si personnel, c’est forcement un portrait !?

C’est tout à fait ça. Et c’est ce qui prête à confusion. Une autre raison qui dément la thèse du portrait, c’est qu’à part la Joconde, à l’époque aucun portrait officiel ne représente une femme (du moins respectable) en train de sourire. Comme vous le savez le tableau n’a pas été livré à son commanditaire. J’aime à imaginer Léonard de Vinci le montrant en cours de réalisation au mari qui, dérangé par le sourire, lui demande de le modifier. L’artiste décide de continuer comme il l’entend, sans se soucier de la bienséance et de la ressemblance. Ce qui est une démarche très moderne pour l’époque. Comme il lui a fallu au moins cinq ans pour achever le tableau, il y a fort à parier que la peinture ne ressemble plus depuis longtemps à son sujet de départ.

monas

Publicités

Un commentaire so far
Laisser un commentaire

Un grand merci pour cet excellent article
amicalement
Gilles

Commentaire par Artiste peintre




Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :