La Joconde aux yeux fermés


L’origine du projet by albotablo
1 Juin juin, 2009, 10:00
Filed under: Uncategorized

Quelle démarche se cache derrière les yeux fermés de cette Joconde ?

Pour être très honnête, au début, je ne suis pas dans une démarche conceptuelle. Un jour je me dis “pourquoi ne pas copier la Joconde”. Pour un peintre figuratif, c’est une gageüre – un truc un peu « bête et méchant » mais un bon test pour se jauger, évaluer son niveau en tant que peintre. Et pour ne pas faire une copie simpliste, je décide de lui fermer les yeux. Le regard de la Joconde, fixé sur le spectateur, ça lui donne souvent un petit côté agaçant.

Vous ne lui fermez pas les yeux seulement pour régler ce problème ?

En fait, c’est un sujet qui me trottait dans la tête et que je retrouvais dans mon travail de peinture depuis quelques années. Par exemple, j’y fais allusion dans un quadruple autoportrait datant de 2004, appelé « l’atelier ». Elle y apparait en photo sur la couverture d’un journal roulé sous le bras d’un des quatre personnages, un des « moi » avec les yeux fermés, et portant des lunettes noires. Ce journal existe réellement : datant de 1998, un des articles principaux traite d’une polémique autour d’un projet de restauration du tableau. Il est notamment illustré par une simulation en retouche numérique. Polémique à cause de la fragilité de l’œuvre et de la peur de se retrouver avec une peinture complètement délavée, détruite.
Le monde méritait une Joconde restaurée en peinture, il fallait que quelqu’un s’y colle ; je me suis dévoué.

closeup

Et ça s’est passé « les doigts dans le nez » ?

Pas si facile que ça. Comme je travaille toujours d’après photo, il me faut au moins trouver des reproductions et il n’y en a aucune – encore maintenant – qui ne soit fidèle au tableau original. Et même en envisageant de la copier sur place, c’est malheureusement un des rares tableaux devant lequel le Louvre ne peut autoriser de planter son chevalet. Et puis, en cours de réalisation, j’ai fini par abandonner cette idée de restauration.

Avant de produire une version satisfaisante, vous usez beaucoup de toiles ?

Deux seulement. Le premier tableau est très différent de… je ne le trouve pas assez ressemblant ; néanmoins, il a été vendu. Apparemment, si je n’ai pas fait une copie parfaite, j’ai fait passer quelque chose dans ma version aux yeux clos. Et c’est ce qui a plu à l’acheteur pour qui elle signifiait plus que celle de Léonard de Vinci. En tous cas pas la même chose. J’ai entrepris alors une deuxième version avec les idées plus claires, considérant la première comme une maquette, une ébauche. Je voyais mieux comment m’y prendre pour la peindre avec les yeux fermés.

Parce que la deuxième vous l’avez peinte les yeux fermés ?

(sourires)

C’est à ce moment là que je prends conscience que la Joconde, le tableau original, n’est pas vraiment vu par le public : elle n’est pas exposée dans de bonnes conditions, toutes les reproductions lui sont plus ou moins infidèles et on ne la voit finalement que par le filtre de sa notoriété et non pour elle-même. Ce qui peut sembler n’être qu’un gimmick dans ma version prend tout son sens : elle ferme les yeux pour nous signifier que face à elle nous n’avons pas les yeux si ouverts que ça.

mona lusa closed eyes

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :