La Joconde aux yeux fermés


L’origine du projet
1 Juin juin, 2009, 10:00
Filed under: Uncategorized

Quelle démarche se cache derrière les yeux fermés de cette Joconde ?

Pour être très honnête, au début, je ne suis pas dans une démarche conceptuelle. Un jour je me dis “pourquoi ne pas copier la Joconde”. Pour un peintre figuratif, c’est une gageüre – un truc un peu « bête et méchant » mais un bon test pour se jauger, évaluer son niveau en tant que peintre. Et pour ne pas faire une copie simpliste, je décide de lui fermer les yeux. Le regard de la Joconde, fixé sur le spectateur, ça lui donne souvent un petit côté agaçant.

Vous ne lui fermez pas les yeux seulement pour régler ce problème ?

En fait, c’est un sujet qui me trottait dans la tête et que je retrouvais dans mon travail de peinture depuis quelques années. Par exemple, j’y fais allusion dans un quadruple autoportrait datant de 2004, appelé « l’atelier ». Elle y apparait en photo sur la couverture d’un journal roulé sous le bras d’un des quatre personnages, un des « moi » avec les yeux fermés, et portant des lunettes noires. Ce journal existe réellement : datant de 1998, un des articles principaux traite d’une polémique autour d’un projet de restauration du tableau. Il est notamment illustré par une simulation en retouche numérique. Polémique à cause de la fragilité de l’œuvre et de la peur de se retrouver avec une peinture complètement délavée, détruite.
Le monde méritait une Joconde restaurée en peinture, il fallait que quelqu’un s’y colle ; je me suis dévoué.

closeup

Et ça s’est passé « les doigts dans le nez » ?

Pas si facile que ça. Comme je travaille toujours d’après photo, il me faut au moins trouver des reproductions et il n’y en a aucune – encore maintenant – qui ne soit fidèle au tableau original. Et même en envisageant de la copier sur place, c’est malheureusement un des rares tableaux devant lequel le Louvre ne peut autoriser de planter son chevalet. Et puis, en cours de réalisation, j’ai fini par abandonner cette idée de restauration.

Avant de produire une version satisfaisante, vous usez beaucoup de toiles ?

Deux seulement. Le premier tableau est très différent de… je ne le trouve pas assez ressemblant ; néanmoins, il a été vendu. Apparemment, si je n’ai pas fait une copie parfaite, j’ai fait passer quelque chose dans ma version aux yeux clos. Et c’est ce qui a plu à l’acheteur pour qui elle signifiait plus que celle de Léonard de Vinci. En tous cas pas la même chose. J’ai entrepris alors une deuxième version avec les idées plus claires, considérant la première comme une maquette, une ébauche. Je voyais mieux comment m’y prendre pour la peindre avec les yeux fermés.

Parce que la deuxième vous l’avez peinte les yeux fermés ?

(sourires)

C’est à ce moment là que je prends conscience que la Joconde, le tableau original, n’est pas vraiment vu par le public : elle n’est pas exposée dans de bonnes conditions, toutes les reproductions lui sont plus ou moins infidèles et on ne la voit finalement que par le filtre de sa notoriété et non pour elle-même. Ce qui peut sembler n’être qu’un gimmick dans ma version prend tout son sens : elle ferme les yeux pour nous signifier que face à elle nous n’avons pas les yeux si ouverts que ça.

mona lusa closed eyes

Publicités


Une Joconde pour tous
29 Mai mai, 2009, 10:00
Filed under: Uncategorized

Quel destin souhaitez-vous pour votre Joconde ?

En fait, je vais la remplacer progressivement par ses reproductions. Je ne cherche pas à faire de mon tableau une icône mystérieuse ; si j’admets que je cherche un peu à rivaliser avec celle du Louvre, mon but n’a jamais été d’en faire une œuvre unique et intouchable, “inestimable”. Dès cette deuxième version, j’ai toujours eu comme projet de la multiplier en cartes postales, puis en posters à l’échelle 1. Le but étant de ne même plus avoir besoin de se déplacer pour voir “la Joconde aux yeux fermés” puisque, sous cette forme là — en fac-similé — elle est bien là, et pas ailleurs. Que ma Joconde soit plus une amie, et moins une star… Que tout le monde puisse l’avoir en vrai chez soi.

Cela ne risque-t-il pas de la banaliser et de dévaloriser votre travail ?

Pourquoi une peinture devrait-elle rester unique ? Je ne remets pas en question la valeur de ce qui est “unique”, mais la valeur de quelque chose ne devrait-elle pas être plus importante si elle concerne plus de monde ? En l’occurrence, je ne vois pas où est le problème, dans la mesure où mes reproductions sont garanties fidèles à l’original — et cela a été fait déjà avec quelques œuvres d’art anciennes qui ont été “reproduites” de façon, je trouve, très convaincante. Et je ne parle pas d’un tirage d’artiste numéroté ; c’est là encore un moyen de donner un caractère unique à chaque reproduction… Mon acte artistique ici, est bien, et depuis le début, de multiplier mon tableau par le biais de ses “copies”.

Mais ne remettez-vous pas un peu en question sa valeur artistique de cette façon ?

Oui et non. Dans le domaine artistique on fait la différence entre l’œuvre d’art ( tableau, sculpture, etc… ) et l’objet d’art ( par exemple une fourchette en argent sculptée)… L’Art ici — dont je ne discourrai pas de ce qu’il est et de ce qu’il n’est pas — fonctionne comme un plus, une valeur ajoutée à l’objet utilitaire quotidien. Mais en même temps, cet objet ne pourra jamais quitter son statut de « sous art », tant qu’il n’aura pas abandonné celui d’objet utile, bassement utile même… comme l’a démontré Marcel Duchamp en exposant son « porte-bouteille », par exemple.
Ici, je me soucie plus de son utilité que d’avoir produit une œuvre d’art :  je veux mettre en avant le sens « utile » qu’elle pourrait avoir aux yeux de chacun. Et c’est aussi pour cela, qu’à terme, je ferai disparaître l’original.

Mais, en vous attaquant à un chef d’œuvre aussi connu ne craignez-vous pas que l’on résume votre démarche à une simple blague ?

C’est inévitable, surtout après tous les détournements et parodies qui ont jalonné son histoire… mais à mon avis, préférer une Joconde avec des yeux fermés, même pour la blague, n’est pas anodin. Si, en théorie, Mona Lisa appartient à tous — le tableau étant dans un musée public— l’image n’appartient en fait à personne, puisque on ne peut pas librement la voir.

Une Joconde aux yeux fermés pourra toujours être prise pour une plaisanterie, mais une chose est sûre, compte tenu du soin que je souhaite apporter à sa reproduction, on ne pourra pas dire que je me moque du public ou… de la Joconde.

Duchamp-LHOOQ-1919



En conclusion
28 Mai mai, 2009, 10:00
Filed under: Uncategorized

J’ai souhaité faire une peinture contemporaine sur notre rapport à ce tableau si singulier et par extension sur notre rapport au réel. Je ne suis donc pas si éloigné de la démarche de Léonard de Vinci qui, partant d’un simple portrait en a fait une allégorie. Si j’ai choisi de « repeindre » Mona Lisa avec les yeux fermés, de faire une « nouvelle » Joconde en quelque sorte, c’est parce que les yeux ouverts de l’original ont perdu tout leur sens.

Ma Joconde serait plutôt la sœur aînée de Mona Lisa qui aurait subi un lifting… une idée un peu saugrenue qui paraît anodine à une époque où aucune image de mode, magazine ou cosmétique n’échappe à la retouche.

Comme Léonard de Vinci n’a pas fait le portrait de Mona Lisa, je n’ai donc pas fait une copie du tableau. Je n’ai peint qu’une réponse à ce tableau que tout le monde connaît sans pour autant mesurer l’importance et l’influence qu’il a eu, et a encore, sur notre façon d’envisager la représentation de l’individu, de la femme en particulier et, plus généralement, des apparences. Alors puisque Mona Lisa, avec ses yeux ouverts, n’est pas — ou plus — dans cette logique, j’ai peint la mienne avec les yeux fermés ; juste une façon de dire avec un peu d’ironie qu’il faut rester vigilant et avoir les yeux grands ouverts, si l’on veut conserver encore un peu de libre arbitre.

Autre chose qui me touche personnellement : j’associe, dangereusement, des yeux fermés à la confiance. Dangereusement, parce qu’après ce que je viens de dire sur la vigilance, il serait logique d’interpréter ces yeux fermés comme de l’aveuglement ou de la naïveté… à moins que je n’ai fait là qu’un portrait post mortem.

Mais la confiance est un sentiment qu’on ne peut trouver qu’en soi, alors l’associer au sourire d’une Joconde me donne de l’espoir.

Interviews d’Albert Lobo, textes recueillis par Serge Chassagne.

Joconde-aux-yeux-fermés



Quelques références…
27 Mai mai, 2009, 11:40
Filed under: Uncategorized

Dans le désordre, quelques références de livres et quelques liens sur internet pour comprendre… ou en savoir un peu plus.

Livres :

Histoire de Peinture – Daniel Arasse – Éd. Éd. Gallimard | Folio | éssais

… où l’on peut apprendre, entre autres choses, juste à regarder.

Francis Bacon – Entretiens avec Michel Archimbaud – Éd. Gallimard | Folio | éssais
… où l’on apprend que le grand peintre contemporain n’appréciait pas tellement ce tableau-là.

Histoires de Joconde – Donald Sassoon – Éd. Bachès Stéphane
… où on la montre pendant ses nombreux voyages et disparitions.

Valfierno – Martin Caparros – Éd.Fayard
… où l’on parle de l’art de la copie, et où l’on pourrait finir par croire qu’il n’existe pas qu’une seule Joconde.

La Joconde éclatée (livre+dvd) – Jean Margat – Éd. La maison d’à côté
…où l’on essaye d’en finir une bonne fois pour toutes avec elle… sans succès.

Au cœur de la Joconde , Léonard de Vinci décodé – Collectif – Éd. Gallimard
… où l’on peut voir le tableau analysé comme jamais auparavant.

Léonard de Vinci, La Joconde – Cécile Scailliérez – Éd. Seuil
… où l’on apprend que la Joconde n’a pas toujours été celle que l’on croit.

Faut-il voler la Joconde ? Ce que l’art nous empêche de voir – Darian Leader – Éd. Payot
… où l’on démontre la nécessité d’un nouvelle Joconde avec des yeux fermés.

Histoire de l’art – Ernst Hans Gombrich – Éd. Phaidon | Essai | poche
… où l’on apprend ce qu’il faut savoir au minimum en histoire de l’art.

Liens @ :

L’as-tu vue ? La Joconde !
… mon autre site où je parle aussi de Louis Béroud, artiste et copiste, qui avait tout « prévu ».

Dans la tête de Mona Lisa
… où on apprend que la Joconde appartient à tous.

La Joconde de Léonard De Vinci, Gravée par M. Louis Calamatta
… où l’on peut constater qu’en 1858 l’écrivaine Georges Sand commentait le tableau à partir d’une reproduction.

Les couleurs de la Joconde
…ou l’on peut voir les prises de vue multispectrales qui furent effectuées sur le tableau en 2004.

Un facsimilé des Noces de Cana de Paul Véronèse
… où l’on peut voir qu’il est déjà possible de copier un chez-d’œuvre « à l’identique ».

Peter Greenaway « La ultima cena »
… où l’on voit qu’une autre œuvre de Léonard De Vinci a déjà été « clonée » pour les besoins d’une installation son et lumière en 2008

La Lunatica desnuda (en anglais)
… où l’on peut trouver un large inventaire des détournements de Mona Lisa.



Au sujet de l’artiste
26 Mai mai, 2009, 10:00
Filed under: Uncategorized

Après des études en publicité et un détour par les Beaux-Arts de Cergy où il s’aventure dans bien des directions (photo, vidéo, performances, installations, écriture,… ), Albert Lobo renoue finalement avec la Peinture. D’abord proche de l’Expressionnisme, il passe à un style qui conjugue Surréalisme, Symbolisme, Maniérisme et Hyperréalisme avec des accents faussement académiques – ce qu’il définit lui-même d’Apriorisme, un mouvement artistique dont il serait encore le seul membre. Plus arrière qu’avant-garde, il s’affirme naturellement à contre courant de l’idée de modernité et préfère l’expérience du passé à la recherche de la nouveauté à tout prix. Une manière, selon lui, de prendre du recul sur le présent pour mieux aller de l’avant.

La notion d’identité et d’identification est au cœur du travail d’Albert Lobo, une œuvre où l’ironie est souvent présente.

Albert Lobo vit et peint à Paris.

Contact : alobo@free.fr
Site artistique : alobo.free.fr